Pour Hubert Nyssen

Le fondateur des éditions Actes Sud est mort le 12 novembre dernier, il avait 86 ans. Ecrivain (il est l’auteur d’une trentaine de romans, essais et journaux), il a créé ce qui est sans doute la plus belle maison d’édition française en 1978, à Arles, près du Paradou où il a fini sa vie. Il y a deux ans, j’avais le projet de le rencontrer pour un entretien sur son métier d’éditeur, et puis ça ne s’est pas fait. Dommage. Actes Sud édite Nina Berberova et Laurent Gaudé, les prix Nobel de littérature Elfriede Jelinek et Imre Kertesz, mais aussi Paul Auster, Nancy Huston, Russell Banks, Siri Hustvedt, Jose Luis Somoza, Naomi Klein et Stieg Larsson, l’auteur de la trilogie Millenium qui a lui seul a assuré, à titre posthume, la prospérité d’Actes Sud.

Par la richesse de son catalogue (surtout en littérature étrangère) mais aussi par la qualité apportée à ses livres (avec son format allongé caractéristique) et par la convivialité de sa librairie du Méjean à Arles, Actes Sud a prouvé que le monde de l’édition pouvait vivre ailleurs que dans un petit cercle parisien. C’est là l’œuvre essentielle de Hubert Nyssen.

Dernier livre paru

A paraître le 2 novembre