Histoires gardannaises

Ces articles sont publiés dans le magazine bimensuel de la Ville de Gardanne, Energies, dont les derniers numéros sont téléchargeables (cliquer sur l’image).

  • 5 mars 1999 : les 15 d’Intramines sortent après 17 jours au fond

    Il y a un peu plus de onze ans sur le carreau du Puits Morandat à Gardanne, les salariés d’un sous-traitant de la mine avaient fait grève au fond pour défendre leurs emplois. Leur sortie au terme du conflit ressemblait un peu à celle des mineurs chiliens.

  • Taxe professionnelle : et à la fin, qui va payer ?

    Dépouillés de leurs pouvoirs par la réforme des collectivités locales, privés de ressources par la suppression de la taxe professionnelle, les élus sont en colère. Les habitants aussi, puisqu’au final ce sont eux qui risquent de payer l’addition.

  • Comme une lettre sans la Poste

    Bientôt transformée en société anonyme, la Poste reste le service public préféré des Français. Qu’en sera-t-il en 2011, alors que la distribution du courrier sera soumise à la concurrence ? La Banque postale, qui a bien résisté à la crise financière, sera-t-elle toujours accessible aux bas revenus ?

  • De Péri à Auschwitz, un voyage pour mémoire

    Du 29 mars au 2 avril, 28 élèves gardannais du collège Gabriel-Péri ont visité le camp d’extermination d’Auschwitz, ainsi que le quartier juif de Cracovie et la mine de sel de Wieliczka. Un déplacement en Pologne soigneusement préparé depuis la rentrée et dont ils sont revenus différents. Témoignages.

  • La plus grande vitrine du monde

    Depuis quelques années, le commerce en ligne connaît une croissance fulgurante. Des artisans ou des PME se lancent, parfois avec peu de moyens, dans ce qui ressemble encore à une aventure, à Gardanne comme ailleurs.

  • Pôle emploi : mission impossible ?

    Fusionnées début 2009, l’ANPE et l’Assedic prennent de plein fouet l’augmentation vertigineuse du chômage. Sensée simplifier les recherches des demandeurs d’emploi, cette nouvelle structure cristallise les mécontentements. A tel point que le gouvernement envisage d’embaucher des agents “de façon temporaire...”

  • Sur l’écran blanc de leurs nuits noires

    Le festival d’automne vient de boucler sa vingtième édition. Une soirée spéciale a permis aux fidèles de se retrouver et d’échanger des souvenirs, entre avant-premières et rencontres avec les réalisateurs.

  • L’école de Fontvenelle a pris le nom de Lucie Aubrac

    Après la Sud-Africaine Dulcie September en 1986 et la Palestinienne Leïla Shahid en 2005, Gardanne a accueilli le 9 juin dernier un homme dont l’action a marqué l’histoire de son pays. Raymond Aubrac est venu à l’école de Fontvenelle qui porte désormais le nom de sa femme, Lucie et a longuement parlé avec les élèves. Sa visite est de celles dont on se souviendra longtemps.

Dernier livre paru

A paraître le 2 novembre