télécharger l'article au format PDF

12 juillet - extrait (chapitre 8)

21H25, LOUISE

Que c’est dur, ce soir ! Il y a dans l’air une tension terrible. Trop de gens sont là, autour du terrain et devant leur télé, et ils sont tellement sur les nerfs que ça se transmet aux joueurs : Guivarc’h est blême, Ronaldo a l’air complètement perdu, Karembeu est tétanisé dès qu’il touche un ballon, au point de faire n’importe quoi pour s’en débarrasser, comme si ce truc allait lui donner la rage.
Le seul qui a l’air de se régaler, c’est Zidane. Jusqu’à aujourd’hui, il a fait un peu n’importe quoi, comme par exemple prendre un défenseur saoudien pour un paillasson au premier tour. Mais ce soir, ses yeux lancent des éclairs, j’ai bien vu pendant les hymnes avant le match. On le sentait assez déterminé pour traverser un mur.
D’ailleurs, les Brésiliens lui donneraient volontiers un maillot jaune et vert. Tout à l’heure, il a réussi un double déhanchement instantané qui a laissé son adversaire assis par terre. Extraordinaire !
C’est fou la quantité de femmes qu’on voit dans les tribunes. Je ne parle pas des épouses de joueurs, ça c’est pour le showbiz, comme la femme de Karembeu qui a fait son défilé de mode avant le match. Mais celles qui aiment le sport, qui vont au stade comme on va au concert ou au ciné. Elles apportent quelque chose de différent, c’est sûr. Moins de tension, moins d’agressivité.
Certaines sont très belles, et du coup le spectacle n’est pas que sur l’herbe, il se déplace dans les gradins. Sans parler des types chargés de la sécurité, à l’entrée, qui doivent redoubler de vigilance à la fouille. Tu crois que les joueurs les voient, depuis le terrain ? Celles assises dans les dix rangées les plus basses, sûrement, après tout elles ne sont qu’à quelques mètres de la ligne de touche.
Un type, à la FIFA, a dit que dans quelques années, le foot féminin sera plus populaire que celui des mecs. Pourquoi pas ? Il sera probablement plus technique et moins brutal, en tout cas. Et je ne sais pas si une attaquante qui vient de marquer un but soulèvera son maillot par dessus la tête, mais si c’est le cas tu peux parier qu’il y aura des ralentis.
Pour l’instant, on se contente de ce qu’on a. Et certains ne sont pas mal du tout : Petit, par exemple, le n°17, c’est le seul à avoir les cheveux longs au milieu de tous ces tondus. J’aime bien David Trezeguet aussi, un peu moins depuis qu’il s’est rasé le crâne pour faire mode. Dommage, il ne joue pas ce soir et à la télé ils ne montrent jamais le banc des remplaçants.
Giovanni a trouvé de quoi s’occuper : un crayon, une feuille de papier qui traînait sur la table (c’est quand même pas la facture d’EDF, non ? Non, c’est pas ça, la facture est imprimée recto-verso. Qu’est ce qu’il a pris ? La liste des courses ! Tu vas voir qu’il va la froisser et la balancer à la poubelle !).
Quelques rectangles, des silhouettes, des bulles : il est reparti dans son projet de BD, je suis sûre. Bon, tant qu’il a des projets, c’est plutôt bon signe. Mais sur ma liste des courses, quand même !
Tiens, qu’est-ce que je disais, tout à l’heure ? Karembeu a coincé le petit défenseur, là-bas, près du drapeau, et l’autre a raté son dégagement. Corner. Petit va le tirer.

Dernier livre paru

A paraître le 2 novembre