télécharger l'article au format PDF

Climat : coup de chaud sur les prévisions à long terme

Un article de la revue scientifique Nature prévoit un seuil de non-retour climatique d’ici la fin du siècle. Météo France met en ligne des prévisions sur la période 2050-2100 particulièrement inquiétantes. Bref, c’est l’été.

Vous êtes en vacances et le matin, vous scrutez le ciel pour savoir si vous allez sortir la crème solaire et les lunettes noires ? Profitez bien de ces moments, ils risquent de ne pas durer. Au rythme où vont les bouleversements climatiques, la question dans quelques années sera sans doute de savoir s’il est encore possible de sortir à l’air libre ou comment trouver sa ration quotidienne d’eau potable.

J’exagère ? A peine. Début juin dernier, la revue scientifique Nature publie un article intitulé Approaching a state shift in Earth’s biosphere, dans lequel 22 scientifiques mettent en garde contre un possible effondrement climatique à l’échelle planétaire. Et l’échéance est particulièrement glaçante : 2100. Le risque est grand d’une rupture d’équilibre au-delà de laquelle la vie humaine deviendrait improbable. Les chercheurs ont mesuré le seuil à ne pas franchir : l’utilisation de plus de 50% des ressources terrestres pour les besoins humains. Et savez-vous à combien nous en sommes, en 2012 ? A 43%, alors que la population mondiale devrait passer dans les prochaines décennies de 7 à 9 milliards. Un article d’Audrey Garric propose une synthèse de l’article de Nature.

Presque en même temps, Météo France et Sciences & Vie ont mis en ligne des prévisions Météo à long terme : non pas le temps de demain ou de la semaine prochaine, mais celui de la période 2050-2100. Ce sont d’ailleurs non pas des prévisions, précise le site, mais des simulations. Et le moins qu’on puisse dire est qu’elles ne sont pas rassurantes.

Vous pouvez ainsi rechercher quel temps il fera sur la France pendant l’été 2066 : température minimale et maximale, pluviométrie, rayonnement solaire et réserve en eau dans le sol. Pour la région PACA, par exemple, on obtient des maximales de 28,8°C (+ 6°C par rapport à aujourd’hui), des minimales à 15,8°C (+4,5°C) et des réserves en eau de 217 kg/m2 (- 37 kg). En 2099 (dernière année du simulateur), tout s’est dégradé : maximale à 32,2°C, minimale à 18,8°C, réserves en eau à 181,9°C.

Moyennant quoi, profitez bien de vos vacances tant que l’air est à peu près respirable. Et n’abusez pas de la climatisation.

Dernier livre paru

A paraître le 25 octobre