télécharger l'article au format PDF

Haïti et son séisme, vus par le Monde diplomatique

En attendant un article de fond dans son prochain numéro, le Monde diplomatique propose sur son site une première analyse de la situation haïtienne après le séisme. Ainsi que des liens vers les 43 articles publiés depuis 15 ans.

Maurice Lemoine est le spécialiste Amérique latine du Diplo. C’est pourquoi son point de vue, publié dans la valise diplomatique, un des blogs du Diplo, est éclairant. « Une fois passés le choc initial et l’émotion, les gouvernements, organisations non gouvernementales, institutions internationales et médias broderont à l’envi sur le thème de la « reconstruction ». Si tant est qu’on puisse employer le terme « reconstruire » dans un pays dépourvu de tout. Mais de quelle reconstruction parlera-t-on ? » Après l’ouragan Mitch qui a dévasté l’Amérique centrale en 1998, racnte Lemoine, les mouvements sociaux ont fait le lien entre reconstruction et développement alternatif, avec pour objectif de consolider le tissu social des nations. Rien n’a abouti.

JPEG - 89.8 ko
Image haute résolution de Port-au-Prince prise le 13 janvier par le satellite Geoeye.

En Haïti, pays déjà ravagé par une misère qui ne vient pas de nulle part, les mesures du FMI ont mis l’économie à genoux, faisant d’une nation quasiment autonome pour son alimentation (en 1970) un pays dépendant des importations à hauteur de 55% aujourd’hui. Sans parler de l’explosion du prix du riz, massivement importé des Etats-Unis...

Afin de mieux comprendre comment on en est arrivé là, il est essentiel de se replonger dans l’histoire récente du pays (même si son passé plus lointain, auquel la France est mêlé, est lui aussi éclairant). C’est pourquoi le Diplo a décidé de mettre à disposition ses archives sur Haïti depuis 1994, soit au total 43 articles qui racontent les saisonniers employés en république dominicaine voisine dans des conditions quasi-esclavagistes, la richesse et le savoir-faire des jardins créoles, le bicentenaire de l’indépendance en 2004, en pleine crise politique et économique à la fin la période Aristide, et bien d’autres choses encore.