télécharger l'article au format PDF

Pechiney, cent ans après

Quel point commun entre la modeste fabrique qui commence à produire quelques kilos d’alumine par jour pour le compte de l’éphémère Société Française de l’Alumine Pure, au printemps 1894, et la grande entreprise de pointe qui s’étend sur 40 hectares, emploie 600 personnes, et exporte de l’alumine technique dans le monde entier sous le label d’Aluminium Pechiney ? Cent ans d’histoire et d’anecdotes, de découvertes et de drames, de progrès techniques et de dialogue social. Cent ans de vie.

Printemps 1894 : il y a de l’alumine à Gardanne !
Des débuts cahotiques à l’expansion de l’alumine technique en passant par les coups de génie de Paul Héroult, les deux guerres mondiales, les crises économiques et la concurrence étrangère, l’histoire de l’usine d’alumine se confond avec celle du siècle. En voici une ébauche.

Paul Héroult, Afred Rangod Pechiney, Karl Joseph Bayer
Le premier est un inventeur de génie, le second un patriarche réactionnaire, le troisième est un chimiste allemand travaillant dans une usine russe. A eux trois, ils vont créer Pechiney.

5 mars 1944 : l’incroyable sabotage
Le résistant Jean Vial raconte comment dix-neuf autoclaves ont été soufflés sans faire de victimes, faisant chuter la production d’alumine jusqu’à la libération, cinq mois plus tard.

Louis et Marie-Thérèse Rachet, 66 ans de Pechiney à eux deux
Pechiney, ils l’ont vécu de l’intérieur, de la Libération au milieu des années 80. Ils ont partagé les difficultés, les luttes, les jours heureux, les bonnes et les mauvaises surprises. Ils n’ont rien oublié de ce qui fut leur vie pendant quarante années.

Philippe Mioche : “l’usine d’alumine tourne le dos au modèle économique dominant”
Professeur d’histoire contemporaine spécialisé dans l’histoire économique à l’Université de Provence, Philippe Mioche a pris en charge l’été dernier la conception et la coordination d’un manuscrit sur l’histoire de l’usine d’alumine de Gardanne.

Dernier livre paru

A paraître le 2 novembre